Hors collection




Parcourez les collections, découvrez directement les ouvrages ou leurs auteurs grâce aux menus :
Par collection
Par auteur


Par titre d'ouvrage

  • Introduction à l'ostéonirismologie

    32 p., 13/17 cm, 8 €
    isbn : 979-10-97146-22-1

    L’auteur rêvait de la science des rêves des os. Ce n’est plus un rêve : l’ostéonirismologie vit aujourd’hui et il en est le créateur ou un des créateurs puisque dans le monde entier il en existe des spécialistes. Comme son titre l’indique ce texte est une introduction à cette science où en sont présentés les fondements.
    Ce texte annonce aussi un livre, à paraître en 2020, qui donnera à lire une présentation des différents protocoles de recherche ostéonirismologique de tradition écrite.

    Extrait :

    Une poussière en suspens, une roche, un brin d’herbe, la toile d’une araignée, la course d’un guépard, le bâillement d’un enfant, le meuglement d’une vache, la sieste d’une grand-mère, la huitième lettre de l’alphabet énochien, le discours d’un politicien, la page 550 de La recherche du temps perdu dans l’édition Quarto, cette phrase, trouvent leur origine dans les rêves des os. L’ostéonirismologie est la science dont l’objet est de recueillir, identifier et classer ces rêves. Les ostéonirismologues travaillent à comprendre les origines et la structure du monde.

  • j'entrerais par 100 pistes

    56 p., 14/19 cm, 10 €
    isbn : 978-2-917136-98-0

    J’entrerais par 100 pistes naît de la perception cinétique du fait qu’un objet, en l’occurrence un camion vu de la fenêtre d’un train, se trouve au centre d’un réseau relationnel.
    J’entrerais par 100 pistes est un poème narratif, au vecteur policier, où l’auteur tente la simultanéité des multiples, étant lui-même inséré dans l’épaisseur du monde.
    J’entrerais par 100 pistes inscrit dans le texte, par des références récurrentes à l’optique, le point de vue qu’il engage dans la présentation de toute chose.
    J’entrerais par 100 pistes constitue cet espace dont parle Denis Roche « où l’on voudrait faire tout entrer, où l’on voudrait tout voir en même temps qu’on nous regarde, c’est-à-dire être regardé comme on nous voit ».

    Extrait :

    j’entrerais par 100 pistes

    cent pistes, des traces de pas qui m’arpentent, bien une dix mènent dans mes territoires.

    (il dit que lacan lui a donné de l’espace pour respirer, décoller la main du visage)

    [depuis la fenêtre du train] le camion sur la butte de sable distribue — il faudra venir le chercher, le descendre de là, quelqu’un, remplir la benne, organise une géophysique autour des objets, chacun est pris, réseau de relations paysages, ça a été mon monde dans des occasions particulières

  • Jak

    64 p., 14/19 cm, 10 €
    isbn : 978-2-917136-91-1

    Jak, c’est un regard social. Une approche faussement naïve de la réalité pour mieux la saisir tant dans sa violence que dans ses joies possibles. Jak est là. Nous le connaissons. Nous l’avons croisé. Il appartient d’une façon plus ou moins éloignée à notre quotidien. Et son histoire est une part de la nôtre. Et nous faisons partie de sa généalogie. C’est l’alcoolique, le dépressif, le déprécié, l’oublié. La langue de Cécile Richard c’est celle de Jak et de toute sa famille. Parce que Jack c’est aussi une série de portraits de famille. Une possibilité pour tous les "Jak" d’avoir une place dans leurs histoires et dans les nôtres.
    Cécile Richard ne parle pas à la place. Elle écoute et transmet. Elle invente avec Jak une langue qui permet de dire des histoires et de les partager. Toutes nos histoires quotidiennes.
    Ce livre c’est celui de Jak qui tourne en rond avec toute son histoire qui le submerge tant qu’il lui faudrait vider son sac.

  • Je sens [ donc je son

    72 p., 17/22 cm, 13 €
    isbn : 979-10-97146-41-2
    Traduction de l’italien et postface de Laura Giuliberti
    Préface de Barbara Meazzi
    Supplément de Michaël Batalla
    Coédition avec le Centre international de poésie Marseille.

    La poésie de Giovanni Fontana est sonore. Elle s’entend donc comme une création destinée à l’oreille. Cet ouvrage vient démontrer que la poésie de Giovanni Fontana s’écrit et se traduit tout comme elle se fait partition.
    Le texte est une composition autour de la figure de la sirène, des chants multiples de multiples démons. Et en lisant on entend de nombreux chants et de nombreux rythmes comme des voix qui viendraient de loin utilisant tous les registres et toutes les tonalités possibles.
    L’invention du son ou l’invention de l’être.

    Texte en français et texte en italien.
    Reproductions des 16 pages de la partition qui sert à l’auteur pour donner à entendre le texte.

  • L'alphabet des os

    32 p., 17/22 cm, 10 €
    isbn : 979-10-97146-32-0
    ouvrage en quadrichromie

    L’alphabet des os, c’est d’abord une installation d’os sur lesquels Serge Pey a inscrit ses empreintes sous forme de dessins et autres signes. C’est ensuite un poème écrit spécialement pour ce livre à considérer comme un catalogue mais aussi comme un livre de poésie brute.

1 | ... | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | ... | 22