Hors collection




Parcourez les collections, découvrez directement les ouvrages ou leurs auteurs grâce aux menus :
Par collection
Par auteur


Par titre d'ouvrage

  • effarés visages

    88 p., 14/19 cm, 11,50 €
    isbn : 979-10-97146-30-6

    Nathanaël livre avec effarés visages un essai poétique qui propose une lecture de ce qui se dit visage. Commençant avec le visage d’Antinoüs, c’est un voyage qui va interpeller les chemins de Paul Virilio, Alejandra Pizarnik, Mizoguchi Kenji, Marguerite Duras, Kobayashi Masaki. Claude Cahun sera, ici, aussi convoquée lors de ce voyage qui veut penser la révélation de l’épitaphe à demi effacée qu’est le visage.

    Extrait :

    Antinoüs : jeune amant suicidé d’Hadrien, dont la moitié du visage sied à Rome, au Palazzo Altemps, et l’autre moitié à Chicago, au musée des beaux-arts.
    Antinoüs figure d’une Europe affligée et d’une Amérique sans cesse à refaire.
    D’une part son visage est trompeusement reconstitué, de l’autre laissé en état de ruine, béant et fracassé.
    De ce dédoublement surgit une contrariété, dont la pensée s’entredéchire sur les berges de deux continents noyés. L’amant, ainsi scindé, se voit soudain soumis à un enchaînement d’échos, s’avérant l’un, plus distancié que l’autre, de socle en socle, et d’imitation en imitation, d’où il se voit irrémédiablement arraché, implanté, renversé, et supplanté. Même identifié, le visage ne s’appartient plus, car déporté vers des zones d’auscultation post-mortelle suivant une méthode réservée aux cadavres exhumés.

  • Élans, quelques singuliers élans amoureux et Amour singulier, fabrikasharia, chants de construction, saison 11

    96 p., 14/19 cm, 14 €
    isbn : 978-2-917136-33-1

    Amour singulier appartient à Fabrikasharia, une série de chants de construction écrits parallèlement aux livres de son actuel projet intitulé “ La diagonale du vide ”, dont les deux premiers préludes ont paru (Vinagi gotov et Abonder). Cet Amour singulier célèbre une rencontre amoureuse.

    Élans, nous fait part de quelques singuliers élans amoureux. Hommage à la bien-aimée mais aussi à l’érotisme et à la sexualité libre, ce texte se veut la recherche d’un accord parfait et particulier avec l’autre et le monde.

  • Ennemis des morts

    120 p., 14/19 cm, 13 €
    isbn : 978-2-917136-99-7

    Avec Ennemis des morts, nous entrons de plain-pied dans l’intime de l’écriture de l’auteur. Thomas Chapelon en une succession de poèmes en vers met en place sa propre mythologie et sa propre géographie. De ce qui l’accable au quotidien troublant sa marche et le faisant s’avancer avec une béquille il construit une expérience littéraire lyrique et quasi mystique. Il est en transe, il communique, il se parle. Il traverse le plateau (du Larzac) et expérimente son nouvel état. Il communique avec sa propre mort et dit ses morts, tous les autres qu’il n’a pas connus et qui ont disparus au milieu des guerres. Il exprime ici tout à la fois une grande colère et son apaisement. Il marche sur le plateau et au milieu des arbres qui sont ennemis des morts.

  • Explication de la lumière

    48 p., 14/19 cm, 10 €
    isbn : 978-2-917136-24-9

    Une écriture qui s’attache au plus près des choses et s’entiche d’elles jusqu’à les définir et les expliquer par tautologies se succédant et nourrissant le texte. Comment la chose s’explique par elle-même en la regardant, la vidant de sa matière pour mieux la restituer par comparaisons, métaphores ou métonymies. Voilà l’explication de la lumière à laquelle procède l’auteur.

  • Extrait de la grande liste des personnes que j'ai rencontrées au moins une fois dans ma vie

    - 176 p., 16/24 cm, 15€
    - isbn : 978-2-917136-71-3

    D’abord ce texte est un tissé de mémoire, où l’auteur chemine parmi les noms des êtres qui jalonnent sa propre histoire, un entrelacement de souvenirs où ressurgissent, à force de mémoire, noms et silhouettes flous comme des spectres ou images rappelées vivantes, instantanés du souvenir - comme des points à partir desquels se dessine un arbre de mémoire.
    L’entrelacement (textus) devient labyrinthe intérieur où toujours l’on se perd et se retrouve parmi la multitude des êtres qui en peuplent un seul. Ce texte se lit alors comme on feuillette un album de photographies - les noms ouvrent des images, des lieux, des trajets, des histoires, des figures.

1 | ... | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | ... | 21