Marc Perrin




Développe un travail mêlant écriture & lecture_improvisation, seul ou en collaboration avec d’autres artistes, notamment avec Marie Bouts, Benoit Cancoin, Soizic Lebrat, Vincent Tholomé. Pour le théâtre : avec Perrine Mornay.

Publications : Vers en chant neuf – Ce qui secret / La rue blanche / Olibrius, 2008 ; Avoir lieu – Dernier Télégramme, 2010 ; ainsi que dans les revues Aka, Ce qui secret, Chimères, Coaltar, Dixit, Du nerf, Gare Maritime, Hors-Sol, La tête et les cornes, La vie manifeste, LGO, Libr-Critique, Multitudes, Nioques, Pli, Ouste, remue.net, 22MdP...

Est en 2009 à l’origine de la revue Ce qui secret dont il coordonne le projet [www.cequisecret.net]. Publications 2009-2012 : Maintenant le oui. Publications en cours : Capitalisme et Schizophrénie.

Un blog dédié au projet Spinoza in China est en ligne à cette adresse :
http://spinozainchina.wordpress.com.

Voir en ligne : Marc Perrin



  • Avoir lieu

    168 p., 14/19 cm, 15 €
    isbn : 978-2-917136-41-6

    Qu’est-ce qu’un événement ? Quelque chose qui arrive ? Quelque chose qui vient ? Quelque chose qui ne cesse d’avoir lieu ? Entre nous ? Quelque chose qui se modifie sans cesse par la manière que nous avons de le vivre ?
    Quelque chose qui à la fois ne cesse de continuer (écoulement du temps), et quelque chose qui surgit (dans l’écoulement du temps) : une rencontre, une naissance, le début d’une révolution ou d’une guerre, les conséquences de tout commencement.
    Avoir lieu : s’écrit dans le mouvement incessant de nos vies, dans le mouvement incessant du vivant : séparation, libération, servitude, amour....
    Avoir lieu : s’écrit par les liens qui se tissent entre les corps et ce qu’ils vivent - ce qu’ils ne cessent de vivre - : avec et dans le temps. Depuis toujours.
    Avoir lieu : est écrit au présent.
    Avoir lieu : ne s’arrête pas.

    PNG - 1.2 ko


  • SPINOZA IN CHINA novembre 2011 | 2015

    528 p., 14/19 cm, 24 €
    isbn : 978-2-917136-82-9

    Spinoza in China novembre 2011 | 2015 est le premier livre d’un ensemble qui devrait compter au moins 5 volumes.

    Spinoza in China novembre 2011 | 2015
    relate le voyage d’Ernesto – âgé de 10 ans et quelques secondes, ou, et, 10 ans et quelques siècles – en Chine, au mois de novembre 2011, avec l’Éthique de Baruch Spinoza en poche.

    Expérience intime d’Ernesto – relatée sous la forme d’une sorte de journal – à laquelle s’entremêle autant les faits d’actualités de ce mois de novembre 2011, que la mémoire historique d’Ernesto – 1917, 1972, 1968, -73, 1848...

    Émancipation laborieuse. Grotesques ou clownesques moments. Instants de panique et de mélancolie. Tenace confiance – et cela, quel que le soit le vacarme des infamies en cours – en la possibilité d’une égalité, vivante.

    Tandis qu’en ce novembre 2011, à Beijing – Pékin – Ernesto lit pour la première fois l’Éthique de Spinoza, en commençant par le milieu, la troisième partie : De l’origine et de la nature des affects.

    Tandis qu’en ce mois de novembre 2011, un second journal d’Ernesto, plus proche de nous, s’invite au fil des pages : décembre 2014 – juillet 2015.

    Spinoza in China novembre 2011 | 2015 est écrit sous le régime des affects. Sans doute. C’est-à-dire : avec instabilités récurrentes.

    Spinoza in China novembre 2011 | 2015
    est à lire également comme une tentative pour faire coïncider livre et vivant. Autant que faire se peut.

    PNG - 1.2 ko