Fred Griot




mène une recherche littéraire depuis long _ écrit court _ poésie et prose _ travail d’une matière de lang, travail d’une terre, organique, basale, rustre, racine.

a voyagé souvent seul, au hasard, en train presque toujours.
métier de dehors.

explore depuis une dizaine d’années l’écriture via le net, avec ce qu’il permet de risque et de travail "à vue" _ associé au graphisme et au corps sonore de la lang.

sonde la parole _ seul, et avec musiciens _ dont le trio parl# (Eric Groleau – batterie, Dan Panama - guitare)
une soixantaine de scènes (Paris, Prague, Bratislava, Budapest, Bruxelles, Québec, Lyon, Marseille…)

a participé à la conception des éditions numériques www.publie.net, créées par François Bon.
membre de la rédaction de www.remue.net pendant 5 ans.
chargé de cours d’édition numérique à la Sorbonne.

n’ayant pas abouti, écrit toujours, aggrave, enfonce le clou.

et tout le reste sur www.fgriot.net

Voir en ligne : Fred Griot



  • Refonder (journal 1990 - 2014)

    992 p., 14,5/21,5 cm, 36 €
    isbn : 978-2-917136-89-8

    Refonder est un rassemblement de recherches, de notes d’écriture, et par conséquent un journal du temps, entamé en 1990.

    Depuis 25 ans, comme un carnet de notes, une base, une partition légère, se joue alors le flux de la pensée, inarrêté, inarrêtable, déroulé dans le continuum de la durée.

    C’est juste la voix dedans d’un homme que l’on entend. Un homme parmi d’autres, non pas un homme particulier.
    Le petit récit ici mené n’est que le récit de notre passage…

    Notes au jour le jour :
    C’est évidemment creuser, chercher, réfléchir à ce que l’on mène, et porter trace de ce travail continu. Dès lors le choix de rendre public ce travail de notes, et donc de lui supposer un intérêt d’ordre général, oblige d’autant plus à la précision, la concision, l’énorme exigence.

    Écrire et dire, ce que nous sommes, ce qu’est le monde, simplement, clairement, librement.

    J’écris pour écouter.

    extrait :

    j’aspire au silence. peut-être parce que je sais que c’est un trou. une grotte. un abri. retraite pour penser lent, pour travailler calme. un creuset. et peut-être un peu parce que je sais qu’il est inatteignable… en nous, en sens, en lang.

    silence c’est aussi seul.
    et peut-être pas d’autre possible pour écrire.

    et puis marcher…

    écrire c’est comme dans une nuit. la première, l’archaïque. qui nous hante. celle où nous sommes enracinés. celle des grottes aussi. au-dedans, au presque silence, à l’enfoui, à l’enfoui au profond de terre, où nous avons souche ferme.

    PNG - 1.2 ko

1 | 2